Légiférer et lutter contre la traite humaine

« Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. » L’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme pose de façon générale et absolue l’interdiction de la traite et de l’exploitation des êtres humains. La violation de cette interdiction est considérée comme l’une des plus graves des droits fondamentaux : lorsqu’une personne est victime de traite, presque tous ses droits sont simultanément atteints – sa dignité, sa liberté d’aller et venir, son intégrité physique, le droit à des conditions de travail justes et favorables, le droit à un niveau de vie suffisant, le droit à l’accès aux soins… La traite et l’exploitation des êtres humains constituent ainsi une violation plurielle, majeure, écrasante des droits humains ; l’une comme l’autre conduisent à une négation de la dignité de la personne. Pour les gouvernements, les institutions et les associations qui aident les victimes, il est néanmoins ardu de combattre ces phénomènes, car leur complexité exige une réponse globale, qui doit reposer sur trois grands objectifs : prévenir, protéger et punir.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Esclavage : ça se passe près de chez vous
Cet article est tiré du numéro Esclavage : ça se passe près de chez vous
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE