Contrepied

Aux abonnés absents

Ce sont deux mots qui ont servi de bannière à des générations de Français : la gauche. On se sentait de gauche. On était de gauche. Et d’un coup de baguette magique, on pensait avoir rejoint le camp du progrès, de la justice sociale. J’en parle à l’imparfait parce que cette gauche-là est morte. C’était la gauche des combats républicains qui a structuré tout le XIXe et le XX siècle. C’est du passé.

La gauche, aujourd’hui, n’est plus que son très pâle fantôme. On peine à en distinguer les contours tant elle est éparse, inaudible, introuvable, en un mot disparue. J’y vois plusieurs raisons.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment faire renaître la gauche ?
Cet article est tiré du numéro Comment faire renaître la gauche ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE