Quatre amours

Jean-Paul Sartre (1905-1980)
Philosophe, romancier et dramaturge. C’est « l’amour nécessaire », selon leur expression, par opposition aux « amours contingentes », ces liaisons amoureuses secondaires dont ils ne se sont pas privés. De 1929, l’année de son agrégation, à sa mort, elle l’a toujours accompagné, discutant et partageant sans cesse ses analyses avec lui. « Je savais qu’aucun malheur ne me viendrait jamais par lui, à moins qu’il ne mourût avant moi », écrit-elle dans les premières pages de La Force de l’âge. Ce fut le cas.
Cette passion intellectuelle entre le Castor (le surnom donné à Simone de Beauvoir) et Sartre était sous-tendue par un pacte : non seulement aucun des deux ne mentirait jamais à l’autre, mais il ne lui dissimulerait rien.

Jacques-Laurent Bost (1916-1990)
Scénariste, écrivain et journaliste. C’est d’abord l’élève préféré de Sartre, qui le présente au Castor en 1934. Simone de Beauvoir est tout de suite séduite. Adoubé par le couple, le jeune homme étudie la philosophie et fait vite partie de la « famille », ce groupe d’amis que constituent autour d’eux Beauvoir et Sartre. Une liaison amoureuse entre Beauvoir et le « petit Bost », de sept ans plus jeune qu’elle, commencera en 1938 et durera quatorze ans.

Nelson Algren (1909-1981)
Poète et romancier américain. Beauvoir fait sa connaissance à Chicago en 1947. Le Castor s’éprend violemment de lui, comme en témoignent ses lettres écrites directement en anglais. « J’avais 40 ans quand j’ai descendu le Mississippi avec Algren et je me sentais très jeune », écrit-elle dans Tout compte fait. Leur liaison prend fin au milieu des années 1950 en raison de l’éloignement et du refus de Beauvoir de donner la première place à Algren par rapport à Sartre. 

Claude Lanzmann (1925-2018)
Cinéaste, écrivain et directeur des Temps modernes. Alors qu’il est étudiant en philosophie, Lanzmann propose un jour à Simone de Beauvoir d’aller au cinéma. Elle a 44 ans, lui 27. « Nous savions qu’il y avait entre nous dix-sept années de différence : elles ne nous effrayèrent pas », écrira-t-elle plus tard. Le couple se forme, Lanzmann acceptant la relation qui lie Beauvoir à Sartre. Fait exceptionnel, elle lui ouvre son appartement où il s’installe de 1952 à 1958. L’auteur du film Shoah, qu’admira Beauvoir, s’est éteint le 5 juillet 2018.

 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poètePour toi mon amour
Le ciné-club de Robert Solé[Seconds rôles]Robert Solé