De l’indifférence à l’engagement

Longtemps, Simone de Beauvoir se désintéressa de la politique. Étudiante en philosophie, l’engagement lui semblait inutile. Durant les années 1930, son attitude et celle de Sartre furent celle de petits bourgeois comme elle le soulignera dans La Force de l’âge. Elle accepta le flux des événements avec détachement. Elle était, selon son mot, « anarchiste ». Bref, elle faisait cohabiter sa « haine de l’ordre bourgeois » et sa recherche effrénée du bonheur.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Pour toi mon amour
Le ciné-club de Robert Solé [Seconds rôles]Robert Solé
Simone de Beauvoir, les clefs de la liberté
Cet article est tiré du numéro Simone de Beauvoir, les clefs de la liberté
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE