La femme la plus représentée de l’histoire de France

Jeanne d’Arc entra à Orléans le 8 mai 1429. Le 10, la nouvelle fut enregistrée au Parlement de Paris par le greffier Clément de Fauquembergue qui dessina à la plume, dans la marge de son registre, le portrait de la Pucelle telle qu’on la lui décrivait : elle a 17 ans, elle est habillée en femme, décolletée ; elle a sa bannière dans la main droite et dans la gauche son épée « qu’onques n’a tué homme ».

C’est le seul portrait que l’on connaisse d’elle qui ait été réalisé de son vivant. C’est aussi, sans doute, le seul désintéressé, autrement dit le seul qui n’a pas eu pour but de promouvoir une des destinées, un des rôles parfois contradictoires qu’on lui a prêtés : l’humble chrétienne, la bergère inspirée, la preuse de ses compagnons, la chef de guerre, la restauratrice du trône et la victime de l’Inquisition devenue la martyre tout court.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le ciné-club de Robert Solé [Visages]Robert Solé
Cet article est tiré du numéro Jeanne d’Arc, une héroïne française
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE