Récit

Jamais sans mon vélo

J’ai commencé à aimer Paris le jour où j’ai acheté un vélo. Bien sûr, il est facile d’aimer les ponts de Paris ou manger une glace sur l’île Saint-Louis. Mais je parle d’un amour plus complexe, mélange d’enthousiasme non contrarié et de pression refusée. J’étais alors à Normale sup et très vite, j’ai compris que je ne voulais pas être enfermée. Même si je pouvais apprécier le métro et sa galerie de portraits comme ses mille saynètes qui font de chaque trajet une planche de BD, je prenais plus volontiers le bus, cette baie mobile sur la ville. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Demain tous à vélo !
Cet article est tiré du numéro Demain tous à vélo !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE