Une énorme machine numérique pour gérer les vœux de 812 000 lycéens

En quelques jours, le mot Parcoursup s’est imposé dans toutes les conversations : lycéens, parents, étudiants, tous parlent de son fonctionnement et de ses supposés dysfonctionnements. Mais au fait, Parcoursup, comment ça marche exactement ? Quels sont les mystères de cet énorme outil informatique ?

L’année dernière, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, accuse de tous les maux le dispositif d’orientation dans l’enseignement supérieur Admission post-bac, plus connu sous le nom d’APB, coupable de recourir au tirage au sort pour sélectionner in fine un certain nombre d’étudiants. L’exécutif décide alors de changer d’algorithme en urgence. Non content de trouver un moyen d’éviter tout tirage au sort, les informaticiens en charge du projet doivent également répondre aux critiques de la Commission nationale informatique et libertés, la CNIL, qui reproche à l’algorithme d’APB de « déterminer automatiquement, sans intervention humaine, l’orientation des candidats ». 

Il était temps de s’en rendre compte : le dispositif Admission-postbac avait été lancé en… 2009.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Parcoursup : faut-il trier les étudiants ?
Cet article est tiré du numéro Parcoursup : faut-il trier les étudiants ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE