Article

La violence symbolique de l’attente

Les spécialistes et observateurs l’avaient prévu et désigné sous le terme évocateur de « Parcourscrash ». Le 22 mai 2018, la plateforme électronique Parcoursup, configurée pour permettre la mise en concurrence des universités, laisserait en marge du système les lycéens les plus fragiles, ou ceux scolarisés dans des lycées moins réputés. Le résultat fut encore plus terrible que les pronostics : 400 000 des 812 000 lycéens aspirant à entrer dans l’enseignement supérieur se trouvaient en attente au premier jour des résultats. Le 5 juin, quinze jours après cette première annonce, ce chiffre s’élevait encore, selon les statistiques du ministère de l’Enseignement supérieur, à 208 644 élèves, soit environ 25 % du nombre initial de candidats. Car la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) promulguée le 8 mars 2018 n’a pas seulement contribué à instaurer la sélection à l’université, elle a également fait de l’attente une figure imposée de l’accès à l’enseignement supérieur, par le biais d’un véritable jeu de chaises musicales où chacun doit attendre patiemment qu’un autre veuille bien lui céder sa place. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Parcoursup : faut-il trier les étudiants ?
Cet article est tiré du numéro Parcoursup : faut-il trier les étudiants ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE