Washington-Téhéran : retour sur une longue inimitié

Entre Américains et Iraniens, l’histoire contemporaine est marquée par la volonté des premiers d’imposer leur domination et celle des seconds de s’y soustraire. 

Fondé en 1925 par Reza Shah Pahlavi, un officier qui s’est emparé du pouvoir par un putsch quatre ans plus tôt, l’État impérial d’Iran entend moderniser le pays tout en offrant l’exploitation de ses ressources énergétiques aux grandes sociétés américaines et britanniques. Mais Mohammad Reza Shah Pahlavi, son fils et successeur, se voit obligé, en 1951, de nommer Premier ministre le chef d’une formation nationaliste, Mohammad Mossadegh. Plusieurs fois ministre sous Pahlavi Ier, ce technocrate mesuré n’a rien d’un gauchiste, mais il s’inscrit dans un mouvement d’émancipation envers les grandes puissances qui, à l’époque, emporte tout le Moyen-Orient. Pour les Britanniques et les Américains, cette ambition constitue une menace, surtout dans un pays situé aux marches de l’URSS. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Iran : le grand chantage
Cet article est tiré du numéro Iran : le grand chantage
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE