Contrepied

Une volonté de puissance

Fin avril 2018, le Maroc décide de rompre, pour la deuxième fois en moins de dix ans, ses relations diplomatiques avec l’Iran. Cette fois-ci, la cause est sérieuse. La Maroc a découvert que l’Iran avait fourni, via le Hezbollah, des armes en nombre au Polisario, mouvement créé de toutes pièces par l’Algérie au lendemain de la récupération par le Maroc de ses provinces du Sud, occupées jusqu’en 1975 par l’Espagne. Le Polisario conteste le fait que le Sahara revienne au royaume et lutte pour en chasser ce qu’il appelle l’« occupant marocain ». 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Iran : le grand chantage
Cet article est tiré du numéro Iran : le grand chantage
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE