La voix du poète

Ces prêcheurs du haut de la chaire...

Hâfez de Chiraz (v. 1315-1390), Extrait de Cent un ghazals amoureux,
traduit du persan par Gilbert Lazard © Éditions Gallimard, 2010

Ces prêcheurs du haut de la chaire
                    comme ils sermonnent brillamment !
Mais ils font bien différemment
                    au fond de leurs appartements.

Que daignent les doctes me dire
                    — car je n’y vois goutte — comment
Ces professeurs de pénitence
                    s’en gardent si parfaitement.

Ils se moquent bien, dirait-on,
                    de l’annonce du Jugement,
Et versent au compte du Juge
                    leurs fraudes et déportements.

Je prends, moi, pour maître l’Ancien
                    des Confrères de la Taverne,
Qui trouvent, honte aux Opulents !
                    au dénuement contentement.

Rassois, Seigneur, sur leur baudet
                    ces parvenus qui se font gloire
De leurs somptueux équipages
                    et hautains établissements.

Venez plutôt, Anges chanteurs,
                    charmer la Taverne où l’Amour
Infuse dans l’argile humaine
                    de magiques enivrements.
                    …

Toutes les religions ont leurs tartuffes. Et leur opposé, le vrai croyant qui se déguise en amant ou en ivrogne. Et, discrédité, lutte ainsi contre le culte de soi. Hâfez chante le Vin et les Belles. Sans que l’on sache s’il s’agit de symboles. Ou d’un chemin d’excès qui conduirait à la sagesse. 

 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire