Le casse-tête du professeur

Rendre une copie sur la dictée quand on est professeur de Lettres, cela devrait couler de source ! Pourtant, à l’image de mes élèves à l’annonce de l’exercice en question, j’ai certaines réticences. C’est que ma propre orthographe lexicale subit quelques altérations ces dernières années. Le feutre Velleda demeure parfois dangereusement suspendu au-dessus du tableau blanc face à une double consonne récalcitrante. Il faut dire que désormais, je fréquente davantage les productions de mes petits que les grands classiques. Mais passent encore les scrupules qu’un traitement de texte consciencieux me signalera d’une petite vague rouge. Il y a bien pire : oserais-je m’exposer au courroux institutionnel, à la mauvaise note ministérielle, en avouant qu’après huit années d’enseignement heureuses et constructives, je ne sais fichtrement pas quoi faire pour améliorer l’orthographe de mes classes ?

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Dictée : le retour d'un diktat ?
Cet article est tiré du numéro Dictée : le retour d'un diktat ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE