Un monde sans frontières : « Nous vivons un moment unique »

L’idée d’un monde sans frontières m’est familière. Je l’ai explorée avec un collectif de chercheurs de l’Agence nationale de la recherche de 2012 à 2015. Nous voulions savoir si le volume et la géographie des migrations changeraient si les frontières disparaissaient sur toute la surface du globe, d’un seul coup. Pour construire nos scénarios de prospective, nous avons utilisé les déterminants économiques, environnementaux, sociaux, culturels et politiques de la mobilité. Bref, nous avons d’une certaine façon « concrétisé » l’utopie ou, plus exactement, nous l’avons posé comme une hypothèse politique. Notre réponse est la suivante : l’abolition des frontières ne modifierait que marginalement le volume des flux migratoires et leur répartition. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Article Glossaire
A-t-on encore le droit de rêver ?
Cet article est tiré du numéro A-t-on encore le droit de rêver ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE