Article

La fin des utopies collectives ?

Le temps des utopies collectives semble révolu. C’est en tout cas le regard rétrospectif systématiquement porté sur notre époque lorsqu’on observe les rues désertes en plein mouvement social autour de la SNCF, les manifestations aux cortèges clairsemés – sauf pour dénoncer le terrorisme –, la désertion des partis, des syndicats, de toutes les structures qui ont pu incarner un idéal collectif, rêver d’une cité idéale, du moins d’une société plus juste et plus fraternelle. À l’heure du cinquantième anniversaire de Mai 68, on accompagne avec compassion, fascination et un certain sentiment d’étrangeté un monde qui s’en va, dont témoignent les photos jaunies de luttes anciennes et presque oubliées. Étrange Mai 68 ! qui, tout en représentant le moment de paroxysme des utopies du XXe siècle, a engendré une société d’individus toujours plus isolés, plus éloignés de l’idée d’action collective.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Article Glossaire
A-t-on encore le droit de rêver ?
Cet article est tiré du numéro A-t-on encore le droit de rêver ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE