Il n’y a pas d’utopie innocente

En matière d’utopie, la réalité ne dépasse pas la fiction, elle la confirme en démontrant dans les faits que « qui veut faire l’ange, fait la bête », et qu’en prétendant construire ici-bas le paradis terrestre, on finit à coup sûr par y instaurer l’enfer.

Le point de départ semblait pourtant plein de jolies promesses, celles que le lecteur émerveillé découvre en parcourant Utopia (L’Utopie), le texte fondateur, publié en 1516 par l’humaniste anglais Thomas More. Il y est question d’une cité idéale où tous les habitants vivent heureux et vertueux dans l’égalité et conformément à la raison.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Article Glossaire
A-t-on encore le droit de rêver ?
Cet article est tiré du numéro A-t-on encore le droit de rêver ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE