Le mot de...

[Morphée]

On dit que « voyager c’est mourir un peu ». Mais dormir, alors ! Dans la mythologie grecque, Thanatos, le dieu de la mort, n’est-il pas le frère jumeau d’Hypnos, le dieu du sommeil ? Oui, Hypnos, et non Morphée.

Rappelons d’abord, au risque de décevoir beaucoup d’hommes, que Morphée n’est pas la déesse dans les bras de laquelle ils croient s’abandonner. C’est une divinité masculine. 

Précisons aussi que Morphée, fils d’Hypnos, a pour rôle principal de signaler aux rois de grands événements à venir par des visions oniriques. On ne sait pas si ce dieu prophète a déjà révélé à Donald Trump qu’à force de faire le mariole il ne sera pas réélu en 2020. En tout cas, la spécialité de Morphée n’est pas le sommeil, mais le rêve. 

Cela dit, ne chipotons pas : ce dieu a également le pouvoir d’endormir les simples mortels que nous sommes en les emmenant au royaume des songes. D’où l’expression « être dans les bras de Morphée », qui évoque un sommeil bienfaisant.

Ce dieu a donné son nom à la morphine dont on connaît les vertus soporifiques et antalgiques, mais qui peut être aussi un stupéfiant. Morphée tient en effet à la main des feuilles de pavot dont il effleure les humains gagnés par le sommeil du juste. Tout le monde ne tombe pas forcément dans ses bras. Des grands de ce monde, accros à la drogue dure qu’est le pouvoir, ne ferment jamais l’œil. Tandis que nous roupillons, ils cultivent des rêves de gloire. Méfions-nous des Poutine, des Erdogan et consorts qui jouent aux marchands de sable et ne nous donnent que des cauchemars. 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète InsomnieLouis Chevaillier
Ailleurs, ça se passe comme ça Japon : des nuits trop courtesRafaële Brillaud
Ailleurs, ça se passe comme ça Cambodge : l’art de la siesteManon Paulic