La voix du poète

Insomnie

Fernando Pessoa (1888-1935), Poèmes d’Álvaro de Campos, traduction française de Patrick Quillier © Éditions Christian Bourgois, 2001

Je ne dors pas, je n’ai aucun espoir de dormir.
Même dans la mort je n’ai aucun espoir de dormir.

Une insomnie m’attend, de la largeur des astres,
Et un bâillement vain de la taille du monde.

Je ne dors pas ; je ne peux pas lire quand je me réveille la nuit,
Je ne peux pas écrire quand je me réveille la nuit,
Je ne peux pas penser quand je me réveille la nuit –
Mon Dieu, je ne peux même pas rêver quand je me réveille la nuit !

Ah, l’opium d’être n’importe quelle autre personne !

Je ne dors pas, je gis, cadavre réveillé, tous sens dehors,
Alors mon sentiment est une pensée vide.
Passent en me frôlant, défigurées, des choses qui me sont arrivées
– Toutes celles dont je me repens et m’accuse – ;
Passent en me frôlant, défigurées, des choses qui ne me sont pas arrivées
– Toutes celles dont je me repens et m’accuse – ;
Passent en me frôlant, défigurées, des choses qui ne sont rien,
Et même de celles-là je me repens, je m’accuse, et je ne dors pas. 

Parfois, il n’est plus possible de réconcilier sa vie réelle et sa vie rêvée. Dans le trouble de l’insomnie, quand nous aimerions nous imaginer César, mais ne ressemblons plus à personne. Un état d’intranquillité central dans l’œuvre de Fernando Pessoa, le poète aux identités multiples, poreux au monde jusqu’au malaise.

 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poèteInsomnieLouis Chevaillier
Ailleurs, ça se passe comme çaJapon : des nuits trop courtesRafaële Brillaud
Ailleurs, ça se passe comme çaEspagne : un rythme infernalHenry de  Laguérie
Ailleurs, ça se passe comme çaCambodge : l’art de la siesteManon Paulic