Grand entretien

« Je suis un citoyen qui voit en images »

Commençons par de Gaulle, même si vous ne l’avez pas connu.

Mais si ! Quand j’étais au lycée Henri-IV à Paris, on nous avait distribué des petits drapeaux bleu-blanc-rouge pour les agiter sur le passage du général et de Gustave de Suède. Il passait, je l’ai vu ! J’aurais aimé être petite souris à l’époque. J’aurais aimé être là pour écouter. Il est facile à dessiner. Un général, c’est un képi. Je lui fais d’abord les rides, les sourcils, le tarin et les grandes oreilles. Et un, deux, trois mentons. Voilà, on ajoute des petits bras et les deux étoiles, des points de barbe sur la moustache, pas trop, et c’est fait.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Plantu : 50 ans de politique
Cet article est tiré du numéro Plantu : 50 ans de politique
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE