Reportage

Voyage au cœur de la vallée

Parce qu’on est en Amérique, tout s’écrit d’abord sur une route. Celle-ci, l’autoroute 101, relie San Francisco à San José et dessert les villes principales de la Silicon Valley. Son statut de foyer des multinationales les plus emblématiques de cette première moitié du vingt et unième siècle – Facebook, Google, Apple, mais aussi Uber, eBay, Yahoo!, Airbnb, entre autres – en a fait la vallée la plus célèbre du monde. Un minuscule territoire et un géant économique : la douzième puissance économique mondiale.

En ce lundi matin, coincé dans une voiture depuis une heure à touche-touche avec mes voisins, je comprends mieux pourquoi les ingénieurs de la technologie numérique s’activent tant pour inventer un univers où les automobiles ne seront plus qu’un lointain souvenir. Seul axe important à desservir la vallée, la 101 est aussi l’un des plus embouteillés d’Amérique. En période de pointe, il faut parfois plus de deux heures pour rejoindre San Francisco depuis le sud de la Vallée contre quarante minutes en heure creuse. 

Dès 2013, un mouvement de protestation contre les « Google bus », lignes de transport privées affrétées par les GAFA pour leurs employés, a tenté d’alerter les autorités locales sur le délabrement des transports publics et sur la gentrification de San Francisco, consécutive à l’installation de ces travailleurs de luxe. Mais la situation semble sans issue, malgré le plan de la ville pour améliorer son réseau de transports. 

Au volant de sa décapotable verte, Oliver, cadre chez Facebook, diplômé en philosophie de l’université Harvard, peste contre tout ce temps perdu pour relier son domicile de Hayes Valley – l’un des quartiers branchés de San Francisco – au « campus » de Facebook où il travaille, à Menlo Park. 

Pourquoi ne pas vivre sur place, ou à Palo Alto, pour éviter ce cauchemar ? « Plutôt mourir ! me dit-il dans un sourire. La Silicon Valley est l’endroit le plus ennuyeux et le plus provincial du monde ! » Ennuyeux, et cher : le prix du mètre carré est l’un des plus élevés des États-Unis, voire du monde occidental. Le coût d’une petite maison atteint souvent des sommes à sept chiffres, et la location n’est pas plus avantageuse : un studio de 40 mètres carrés dans une résidence revient à 2 500 dollars par mois. Lui préfère la vie à San Francisco, les balades dans les quartiers de Mission et du Castro où les restaurants sont nombreux – la cuisine est une religion en Californie, et l’on considère Frisco comme la capitale états-unienne de la gastronomie.

Elle est également en passe de devenir celle de la tech : le boom entrepreneurial – onze sociétés voient le jour chaque semaine – bouleverse les frontières de la Silicon Valley. Longtemps, cette zone englobait seulement le territoire entre Cupertino et Palo Alto, mais aujourd’hui, elle embrasse toutes les villes du nord de San José. Chassées hors de la vallée à cause du prix du foncier, les nouvelles-venues du numérique s’installent dans le Financial District, l’un des seuls quartiers de la ville où la construction de buildings est autorisée.

« Le royaume des ingénieurs »

David est avocat, employé dans l’un des plus importants cabinets de la ville. « Le royaume des ingénieurs », c’est ainsi qu’il surnomme la Valley. « La Silicon Valley est probablement le seul endroit d’Amérique où l’avocat et le médecin ont moins de prestige qu’un ingénieur. » Dans l’économie californienne, le numérique joue un rôle essentiel, et le reste de la société est à son service. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Silicon Valley : son univers impitoyable
Cet article est tiré du numéro Silicon Valley : son univers impitoyable
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE