Le mot de...

[Clarification]

Mais non, il n’est pas « compliqué », cet Orient vers lequel le général de Gaulle se rendait « avec des idées simples » ! Au cours des années, il s’est même beaucoup simplifié.

Résumons.

– Les Arabes ont épousé la cause palestinienne et combattent Israël. Cela dit, l’adversaire d’Israël le plus virulent (l’Iran) n’est pas arabe. Et le plus grand pays arabe (l’Égypte) a fait la paix avec Israël.

– Tous les Arabes ne sont pas musulmans, et tous les musulmans ne sont pas arabes. L’islam est partagé en deux grandes familles antagonistes, les sunnites et les chiites. Cela dit, le Hamas (sunnite) est soutenu par l’Iran (chiite), alors que le Hezbollah (chiite) est encensé par les masses sunnites quand il fait la guerre à Israël.

– Les Palestiniens n’ont pas d’État, mais deux gouvernements rivaux. Israël a fait de Jérusalem sa capitale. L’Arabie saoudite s’y oppose absolument, tout en se rapprochant d’Israël pour contrer l’Iran.

– Les Kurdes ont de bonnes raisons de réclamer un État, qu’on ne leur accordera pas. Ils forment une minorité non arabe en Irak et en Syrie, non turque en Turquie, et perse mais non chiite en Iran.

– Bachar Al-Assad, dont la France et la Turquie exigeaient le départ, a vu son pouvoir conforté par la défaite militaire de l’État islamique à laquelle la France et la Turquie ont activement participé.

– L’Arabie saoudite soutient le régime égyptien qui combat les Frères musulmans, alors que l’Égypte refuse de condamner le régime syrien qui est combattu par l’Arabie saoudite.

Comme le disait un spécialiste de la région : « Si vous comprenez quelque chose au Moyen-Orient, c’est qu’on vous l’a mal expliqué. » 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire