Dialogue entre...

« Il n’y a pas de solfège de l’humour »

Louis Dubourg : C’est étonnant ! Finalement, il y a très peu de blagues sur Emmanuel Macron sur les scènes parisiennes.

Paul Taylor : C’est vrai, même pendant la campagne électorale. Si tu compares avec les États-Unis, c’était blague sur blague quand Trump s’est présenté. En France, on s’est focalisé sur le fermier… Comment s’appelle-t-il déjà ?

Louis Dubourg : Jean Lassalle.

Paul Taylor : Oui ! On s’est intéressé à Jean Lassalle et à Jean-Luc Mélenchon avec son hologramme. Emmanuel Macron, sorti de nulle part, a été épargné, en tout cas de mon point de vue d’Anglais qui vit en France!

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Faut-il rire de tout ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il rire de tout ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE