Reportage

Wall Street se frotte les mains

NEW YORK. C’est un jeudi noir à Wall Street. Noir de monde en tout cas. Sous la statue de George Washington qui domine la rue, les grappes de touristes se succèdent, smartphone à la main et sac I love NY en bandoulière. Depuis les marches qui mènent au Federal Hall, ils trouvent là la meilleure vue pour prendre en photo le temple de la finance mondiale, le New York Stock Exchange, reconnaissable à sa colonnade et son fronton, où le Commerce et l’Industrie entourent l’Intégrité. Mais ce ne sont pas ces allégories qui attirent le regard des gazettes économiques : quelques mètres plus bas défilent sur un écran les cotations du jour, presque toutes en vert, la couleur de la hausse. Depuis l’élection de Donald Trump, le Dow Jones est passé de 18 000 à plus de 23 500 points, soit un bond de près de 26 % en un an ! Et qui permet à l’indice américain d’afficher aujourd’hui un sommet historique. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Pourquoi Donald nous rend Dingo
Cet article est tiré du numéro Pourquoi Donald nous rend Dingo
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE