Enquête

La pilule pour hommes n’est pas pour demain

C’est l’une des plus fameuses arlésiennes de la science moderne. Un sujet de fantasmes et de débats qui agite les cercles médicaux comme l’intimité des couples : à quand la pilule pour hommes ? Quand ces messieurs pourront-ils soulager les femmes de cette prise d’hormones quotidienne, parfois désagréable, en tout cas jamais anodine ? Alors que la recherche continue de progresser du côté de la contraception féminine – on prévoit bientôt des gels hormonaux à appliquer sur l’abdomen, ou un implant numérique à activer à distance –, les hommes restent, eux, condamnés à un éventail de choix restreint : le préservatif, le retrait ou la vasectomie (opération de stérilisation). Trois options qui, pour des raisons différentes, s’avèrent peu satisfaisantes, et dont la simplicité interroge : la contraception masculine souffrirait-elle d’un manque de volonté ?

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Faut-il arrêter la pilule ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il arrêter la pilule ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE