Parti pris

Mauvais élève

La parution, il y a quelques mois, de l’étude internationale PISA est venue rappeler ce cruel constat : la France reste l’un des plus mauvais élèves de l’OCDE. Si le pays est bien capable de former une (maigre) élite, il se distingue avant tout par son déterminisme social, ses inégalités profondes, son incapacité à réduire son noyau dur d’élèves en échec scolaire.

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ailleurs, ça se passe comme ça Évaporation scolaire en ItalieSophie Gherardi
En finir avec l'échec scolaire
Cet article est tiré du numéro En finir avec l'échec scolaire
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE