Témoignage

Le rap est un miroir de la société, il la reflète dans sa vérité, c’est ce que j’aime en lui

La première musique qui m’a touché, c’est celle qui racontait mon quartier. Sa réalité, ses fantasmes, ses envies, ses dégoûts. Quand je suis arrivé à Paris à l’âge de 12 ans, dans le quartier de Marx-Dormoy, j’écoutais essentiellement du rap français : la Mafia K’1 Fry, Hugo TSR Crew, Nessbeal… Nessbeal a écrit une chanson, Autopsie d’une tragédie. L’histoire d’un mec de retour chez lui après avoir passé quelque temps au bled. Ses potes lui parlent de ce qu’il a manqué ces dernières années, des premières bagarres au dépucelage, en passant par les embrouilles et les histoires de beau-père. Ces textes-là me parlaient.

[Profitez des offres d'été pour vous abonner au 1]

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Que dit la chanson de notre époque ?
Cet article est tiré du numéro Que dit la chanson de notre époque ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE