Entretien

Pour ou contre une VIe République

Quel est votre bilan de la Ve République ? 

Charlotte Girard : La Ve République est manifestement en bout de course. La Constitution de 1958 ne permet plus à la société d’être consentante. L’actualité l’illustre chaque jour : le consentement, y compris à l’autorité, n’est plus possible avec cette Constitution. Permettez-moi de citer Lénine, pour une fois : « L’état de crise, c’est quand en haut on ne peut plus et qu’en bas on ne veut plus. » C’est ce qui se passe.

Marcel Morabito : Ma vision est plus nuancée. Le problème que nous vivons n’est pas d’ordre institutionnel mais d’ordre politique. La Constitution de 1958 a apporté la stabilité gouvernementale. C’est une vertu que peu de républiques avant la Ve ont réussi à atteindre. Elle a aussi fait preuve de souplesse et c’est plutôt une qualité.

Cela étant, je note essentiellement un déficit de confiance envers les représentants.

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
République : faut-il passer la 6e ?
Cet article est tiré du numéro République : faut-il passer la 6e ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE