Contrepied

Un crime de guerre

Au cours de ces dernières semaines, lorsqu’ils parvenaient à atteindre les zones tenues par le régime de Bachar Al-Assad, les habitants d’Alep-Est étaient recouverts d’une épaisse couche de poussière qui témoignait de la violence des bombardements. Aujourd’hui, un bilan détaillé de la destruction des quartiers orientaux de la ville est encore impossible à dresser. Cependant, l’analyse des images par satellite et les témoignages attestent leur ampleur.

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 
[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Au commencement Choses lues 2
C'était Alep
Cet article est tiré du numéro C'était Alep
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE