Article

Un chirurgien témoigne

Le 13 décembre 2016, 

La Syrie est devenue le tombeau de notre conscience et le symbole de notre faillite morale : nous avons communément cessé de compter les centaines de milliers de morts, blessés et disparus, les crimes de guerre, les bombardements à l’arme chimique, les millions de réfugiés, les résolutions bloquées à l’ONU, les villes assiégées, etc. 

Depuis novembre, l’armée syrienne et ses alliés pilonnent Alep-Est. Je ne sais plus combien d’hôpitaux ont été détruits, reconstruits, avant d’être bombardés de nouveau, forçant patients et personnel médical, sous le regard médusé de la communauté internationale, à se réfugier dans des cliniques dénuées du matériel médical le plus essentiel. 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 
[…]

Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement.
Faites un essai dès maintenant.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Au commencement Choses lues 2
C'était Alep
Cet article est tiré du numéro C'était Alep
// DÉCOUVREZ LE 1 GRATUITEMENT. ON VOUS OFFRE NOTRE PROCHAIN NUMERO.
  • Mercredi prochain, vous recevrez le nouveau numéro dans votre boîte aux lettres
  • Accédez immédiatement à tous les contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Sans aucun engagement
  • À partir de 5 € / mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE