Article

Formation : « Nous ne sommes plus des exécutants »

Reportage

Quand Sébastien, 22 ans, a troqué ses études d’ingénieur contre la blouse d’infirmier, les réactions n’ont pas tardé à suivre : « On m’a surtout posé des questions sur mon salaire. J’ai aussi entendu : “Pourquoi infirmier et pas médecin ?” » Mais pour cet étudiant en troisième année à l’institut de formation en soins infirmiers de Saint-Antoine à Paris, c’était un « vrai choix de cœur ». Et comme Sébastien, la plupart des étudiants (la filière en compte quelque 90 000) obéissent à des motivations profondes, quasi vocationnelles.

L’atterrissage n’en est que plus violent. Frustration du personnel soignant, soins à la chaîne, infirmières débordées… C’est la dure réalité à laquelle les étudiants sont confrontés pendant leurs stages. Tous sans exception dénoncent un système dans lequel le prisme économique domine. « Les infirmières n’ont plus le temps de parler avec les patients. Je ne juge pas, c’est qu’elles n’ont pas le temps. Mais je ne suis pas très optimiste », dit Anna, étudiante en première année à Paris.

L’une des conséquences directes de ce phénomène : l’inégalité dans l’encadrement des stages, lesquels représentent 50 % de la formation sur les trois années d’études. Si certaines expériences se révèlent très positives, il arrive que des étudiants se retrouvent à remplacer des aides-soignants, ce qui entrave leur progression. D’autres sont plus ou moins livrés à eux-mêmes dans un service où le personnel est débordé. Sans compter que les infirmières sont parfois désignées tutrices de stage contre leur gré. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Soigne et tais-toi
Cet article est tiré du numéro Soigne et tais-toi
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE