Article

Plus ou moins libéraux

Le programme économique de la droite française est traversé par deux courants de pensée contradictoires. D’un côté, le gaullisme a laissé en héritage une volonté de régulation nationale interventionniste ; de l’autre, le tournant néolibéral des années 1980 a ravivé les idées de liberté d’entreprendre, de dérégulation du marché du travail et de moindre intervention de l’État.

Lors de cette campagne, la plupart des candidats à la primaire de la droite et du centre ont tranché de manière nette ce débat en faveur d’un libéralisme économique affirmé. Seul Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, s’est distingué en évoquant lors du débat du 13 octobre « la force protectrice de l’État ». Ses adversaires s’accordent quant à eux sur la nécessité d’un véritable « choc libéral » pour relancer l’économie, qui passerait par la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF), la baisse du nombre de fonctionnaires, la hausse de la durée légale du temps de travail ou encore la réduction des dépenses publiques.

Cependant, derrière l’apparente unité sur ces thématiques économiques, la question de l’intensité de ce choc libéral divise les candidats. L’analyse de leurs programmes montre que plusieurs conceptions du libéralisme économique existent à droite : libéralisme dur, étatisme libéral et social-démocratie libérale.

Plusieurs candidats se font les porte-parole d’une position maximaliste. (...)

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Calculs politiquesBruno Cautrès
Primaire :
faites vos jeux !
Cet article est tiré du numéro Primaire : faites vos jeux !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE