Les chiffres déchiffrés

Un continent en pointillé

La prise de conscience de la catastrophe écologique que représente la présence massive de déchets plastique dans nos océans est récente. Elle s’est notamment construite autour d’une expression, forgée pour marquer les esprits : un « septième continent » d’ordures en formation, notamment au beau milieu du Pacifique nord. Dans les médias francophones, le terme se diffuse avec succès à partir de 2005. Depuis, l’expression s’est imposée et installée dans les imaginaires.

Puisque « septième continent » il y a, se pose immédiatement la question de sa superficie. Plusieurs estimations sont régulièrement évoquées. Pour le Pacifique nord, sa taille serait de six fois la France ; pour l’Atlantique nord, deux fois la France. Après la force des mots, le choc des chiffres !

Pourtant, les expéditions scientifiques rapportent toutes le même témoignage : ce ne sont pas des continents de plastique qui dérivent dans nos océans. Elles décrivent plutôt des concentrations particulièrement élevées de déchets dans certaines zones maritimes, en surface comme en profondeur. Pire, de minuscules particules plastique fragmentées, presque invisibles à l’œil nu, ont colonisé les océans et déciment la faune.

Ce « continent » est en réalité loin d’en être un. Les scientifiques interrogés manifestent tous un perceptible malaise à l’évocation de ce terme médiatisé, car il est un levier puissant pour frapper les esprits du public et des décideurs. Il permet de donner une forme, une superficie, une géographie à un désastre, dont l’une des principales caractéristiques est qu’il n’en a pas – ce qui en fait un problème global, difficilement mesurable et d’autant plus complexe à traiter. De fait, les mesures de ce phénomène protéiforme divergent et font débat : certaines études dénombrent plusieurs dizaines de milliers d’objets plastique dans certaines zones, là où d’autres en comptent moins d’une dizaine – sans que la notion d’« objet plastique » soit comparable d’une publication à l’autre.

Les scientifiques se retrouvent ainsi dans la délicate situation d’informer le public avec des représentations approximatives, qui ont le mérite d’aider à penser le problème, mais qui présentent également le danger d’en travestir la réalité.

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrésUn continent en pointilléLoup Wolff