Le mot de...

[Sans-dents]

Valérie Trierweiler s’est employée vainement à nous persuader que son ex-compagnon, François Hollande, méprisait les pauvres. Elle aura toutefois enrichi notre vocabulaire en parlant des « sans-dents ». Jusqu’à présent, on disait pudiquement les démunis ou les personnes défavorisées. La préposition « sans », pour exprimer le manque, ne s’aventurait pas dans le visage des indigents : c’était des gens sans ressources, des sans-logis, des sans-abri… 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 
[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Elles sont en tête…Jean Viard
Salauds de pauvres !
Cet article est tiré du numéro Salauds de pauvres !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE