Article

L’humanité entre dans sa troisième phase anthropologique

Facebook : un espace où 1,7 milliard d’humains échangent quotidiennement. Un outil qui rapproche l’humanité comme jamais par le passé. Des « six degrés » qui jadis nous séparaient de n’importe quel humain situé n’importe où sur terre, il n’en restera bientôt pas plus d’un ou deux tant le développement de cette plateforme est impressionnant. 

Facebook : une entreprise qui cherche à permettre aux populations les plus pauvres d’accéder aux services numériques essentiels et tente d’amener l’Internet haut débit dans les zones les plus reculées avec son projet de drone solaire Aquila. Facebook, une société à la pointe de la recherche sur l’intelligence artificielle (où travaille notamment le célèbre chercheur Yann LeCun), une entreprise qui a lourdement investi dans la réalité virtuelle (avec Oculus Rift).

Facebook donc, entreprise démiurge et sans limites. Mais qu’est réellement cette multinationale ? Faut-il la juger uniquement sous l’angle de sa démesure ? Elle n’est à cet égard pas différente de Google, Apple ou Alibaba : le premier a indexé 30 000 milliards de pages Internet ; le chiffre d’affaires du second est supérieur au PIB de pays comme les Philippines ou l’Égypte ; le troisième livre un milliard de colis tous les deux jours. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Facebook est-il notre ami ?
Cet article est tiré du numéro Facebook est-il notre ami ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE