Parlons philo

Conservation ou momification

La méfiance à l’égard du présent ne date pas d’hier. Déjà dans l’Égypte ancienne, l’invention de l’écriture éveillait la suspicion quant à sa possibilité de transmettre un savoir véritable. Pensons à Platon qui, dans le Phèdre, met en scène Theuth, le dieu égyptien persuadé que l’écriture « fournira aux Égyptiens plus de savoir, plus de science et plus de mémoire », et Socrate, convaincu que l’écriture est un enfant mort-né qui, par le savoir qu’elle accumule, dispense de l’effort d’apprendre. « Cet art produira l’oubli dans l’âme de ceux qui l’auront appris, parce qu’ils cesseront d’exercer leur mémoire : mettant en effet leur confiance dans l’écrit, c’est du dehors, grâce à des empreintes étrangères, et non du dedans, grâce à eux-mêmes, qu’ils feront acte de remémoration. »

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les forces cachées de la droite
Cet article est tiré du numéro Les forces cachées de la droite
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE