Grand entretien

Une victoire possible, juste possible

Emmanuel Macron veut porter son « mouvement […] jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire » – il l’a dit le 12 juillet 2016 dans sa prédéclaration de candidature à l’élection présidentielle. Dans notre pays, très formaliste, le microcosme attend encore la déclaration officielle. Nous verrons bien si et quand elle interviendra. L’intention ne faisant en tout cas pas de doute, raisonnons comme si les événements ne venaient pas la contrarier.

Macron a justifié sa démission, lors de son allocution de Bercy, par la nécessité d’opérer « des transformations en profondeur de notre système politique ». Pour deux raisons : parce qu’il a « touché du doigt [ses] limites » qui empêchent trop souvent une action politique dans l’intérêt général ; et parce que « penser que l’organisation politique serait […] immuable, ce serait le meilleur moyen de livrer notre pays aux extrêmes ». Cette intention et cette explication appellent à réfléchir aux conditions dans lesquelles il pourrait tant conquérir le pouvoir que le changer.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ce que pense vraiment Macron
Cet article est tiré du numéro Ce que pense vraiment Macron
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE