Grand entretien

« Les réductions d’effectifs sous sarkozy se payent maintenant »

Entretien

À qui obéit la police dans les missions de maintien de l’ordre ? 

À ses chefs ! C’est comme à l’armée. Il y a une hiérarchie marquée avec des sous-brigadiers, brigadiers, majors, puis des officiers, des commissaires. Des contrôleurs généraux qui sont l’équivalent des généraux. Il y a donc un parallélisme avec l’armée, sauf que tout ce monde-là est fortement syndiqué… La police est l’une des branches les plus syndiquées de la fonction publique. Pour la gendarmerie, c’est encore plus clair : il s’agit d’une force militaire, aujourd’hui intégrée au ministère de l’Intérieur.

Mais la routine de la police, ce ne sont pas les opérations de maintien de l’ordre. La police judiciaire travaille pour les juges compétents. La police de sécurité publique obéit à sa hiérarchie locale : commissaires et officiers. Il y a beaucoup de spécialités dans les métiers de la police : police aux frontières, police de la circulation, lutte contre tous les trafics, brigades des mineurs, police technique et scientifique. Le maintien de l’ordre est une exception dans la vie quotidienne de ce service public.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La police en état d'urgence
Cet article est tiré du numéro La police en état d'urgence
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE