Parlons philo

La fin d’un dogme

Une chose frappe sur les vidéos des récentes manifestations (outre l’apparition d’un photoreportage ubérisé), c’est de voir souvent policiers et manifestants intriqués comme dans une bagarre « normale ».

Loin de crier à la provocation policière, j’y vois le symptôme de la confusion régnante en matière de maintien de l’ordre.

Le dogme en vigueur en la matière reste en effet le principe wébérien que l’État dispose du « monopole de la violence légitime ». 

Ce dogme ne vaut plus du tout.

Il ne vaut plus du point de vue judiciaire dès lors que les juges ne cessent de prendre en compte la proportionnalité des actions des uns et des autres et que l’on encadre la « légitime défense » des forces de l’ordre jusqu’à n’en faire qu’un slogan.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La police en état d'urgence
Cet article est tiré du numéro La police en état d'urgence
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE