Récit

Flics ou policiers ?

Je n’ai jamais rencontré la police, j’ai toujours rencontré des policiers.

Les institutions me lassent. Elles portent des noms comme des costumes trop étriqués. Car de qui parle-t-on, du gardien de la paix qui nous salue d’une contravention, du plongeur de la brigade fluviale qui remonte un désespéré, du flic aux poings sales, du policier de l’antigang qui progresse contre les tirs derrière un bouclier Ramsès, du ripou, du bœuf-carottes ou encore du directeur qui doit composer avec la pression politique ? Question peu à la mode aujourd’hui, où le bruit l’emporte sur le temps de l’observation et de la réflexion. Notre époque aime le tapage, le fracas. La pensée ne croit en sa portée que dans l’éclat.

D’où cette force de la polémique, qui selon la belle formule d’Albert Camus, a remplacé le dialogue. Baissons en température, et cessons d’être guerriers. Restons fidèles à la diversité. Car la diversité est la fille de la tolérance.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La police en état d'urgence
Cet article est tiré du numéro La police en état d'urgence
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE