Les médias contribuent-ils à affaiblir la fonction présidentielle ?

Ils en sont persuadés. C’est toujours « la faute aux médias ». Lorsque tout va mal, lorsqu’un homme – ou une femme – politique piétine. Lorsqu’ils se sentent incompris et mal aimés, lorsque les citoyens semblent ne plus les suivre, ils se retournent vers le messager et le désignent comme coupable : « Comment peut-on gouverner sous le feu des médias ? » se demandait déjà Michel Rocard.

Plusieurs éléments vont dans le sens d’une véritable responsabilité des médias dans ce que chacun constate : l’affaiblissement de la fonction présidentielle que le général de Gaulle avait taillée à sa mesure en élaborant la Constitution de la Ve République. 

La liberté de la presse, fondée en droit depuis près d’un siècle, a eu du mal à s’imposer concrètement, en particulier dans le domaine politique. La fonction critique des journalistes n’a pourtant jamais cessé de s’exercer sur la classe politique mais il semble que, depuis les années 1980, l’on peut mesurer la puissance des médias et leur degré de liberté en se focalisant sur le président de la République. Après la révérence, l’insolence. 

 


 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
À quoi sert le président ?
Cet article est tiré du numéro À quoi sert le président ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE