Récit

Que jeunesse se passe

Le plus surprenant dans ce débat sur le droit de vote à 16 ans, c’est qu’on ne demande jamais leur avis aux principaux intéressés. Mieux encore, on sonne partout les cloches de l’Obéissance, du fameux « âge adulte » : dans notre grande sagesse, on préconise de les laisser « grandir », ces petits, de leur permettre d’arriver à « maturation » avant de leur accorder la précieuse carte tricolore. Continuez à élire vos délégués de classe, mais laissez les affaires sérieuses aux grands. À ceux qui savent. Pour ceux qui ont déjà sorti ce genre de phrases, je conseille de jeter un œil quelques secondes sur le comportement des députés à l’Assemblée nationale : des gens qui ne s’écoutent pas parler, s’insultent, en viennent presque aux mains, les autres qui ne sont même pas présents, et tout ça pour des sommes faramineuses. Et on ose pointer du doigt l’« immaturité » des plus jeunes. Un peu de dignité, ça n’a jamais fait de mal à personne.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Voter à 16 ans ?
Cet article est tiré du numéro Voter à 16 ans ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE