Reportage

Critiques et questions

Reportage

VARSOVIE. Douze ans après sa création, Frontex suscite toujours autant de méfiance. La liste de ses détracteurs est longue : juristes, avocats, universitaires, associations militantes, élus européens… Un sujet les préoccupe particulièrement : l’opacité de sa communication et d’une partie de ses actions, qui pourrait être le signe d’un non-respect des droits de l’homme.

L’agence, dont l’objectif est de coordonner la surveillance des frontières extérieures de l’Union européenne, est au service des États membres qu’elle assiste dans le cadre de ses missions. Elle est tenue de rendre des comptes au Parlement européen, lui-même en charge de son budget. Pourtant, les députés sont nombreux à se plaindre de son manque de transparence. En 2008, ils réclamaient déjà « un renforcement du contrôle démocratique de Frontex par le Parlement » et invitaient l’agence à informer celui-ci « des négociations visant à conclure des accords avec des pays tiers ». Ces « accords de travail » – conclus avec les autorités de contrôle aux frontières de 17 pays européens et non européens – constituent encore aujourd’hui un sujet de préoccupation. Claire Rodier, juriste au GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés), y voit une forme de « diplomatie parallèle ». (...)

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Méditerranée, la vie à pile ou face
Cet article est tiré du numéro Méditerranée, la vie à pile ou face
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE