Grand entretien

« L’économie est devenue une fin, la culture un moyen »

Entretien

La spécificité culturelle de la France est le fruit d’une très longue histoire. Comment le général de Gaulle a-t-il continué cette tradition singulière ?

En créant un ministère des Affaires culturelles, qu’il a confié à André Malraux en 1959. Sa mission s’énonce ainsi : « Rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité au plus grand nombre de Français et assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel. » De Gaulle a un culot fou en dédiant à la culture un ministère d’État, deuxième dans l’ordre protocolaire du gouvernement. Malraux l’a occupé pendant une décennie, jusqu’en 1969. Il faut citer cette phrase du Général : « À ma droite, j’ai et j’aurai toujours André Malraux. La présence à mes côtés de cet ami génial, fervent des hautes destinées, me donne l’impression que par là, je suis couvert du terre-à-terre. » Dans son discours d’Alger, prononcé en 1943 pour les soixante ans de l’Alliance française, il rappelle que la France s’est toujours distinguée par l’épée et la pensée.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Culture, le grand sacrifice
Cet article est tiré du numéro Culture, le grand sacrifice
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE