Article

10 conseils pour se faire plus discret sur le net

Pour beaucoup d’internautes, Big Data est synonyme de big ­angoisse. Chaque scandale (affaire ­Snowden), chaque fuite de données personnelles (Snapchat, et plus récemment Orange) ou simple rumeur (piratage de données chez eBay), réveille continuellement la même peur : qui sait quoi de moi? 

D’où vient cette méfiance? Principalement du manque de connaissance et de maîtrise des outils mis à la disposition des internautes pour protéger leur vie privée. Pourtant, la plupart des données personnelles qui se promènent sur la Toile proviennent des utilisateurs eux-mêmes : formulaires d’adhésion, achats en ligne, étalage de la vie privée sur les réseaux sociaux… Minimiser son empreinte sur le Web et effacer certaines de ses traces est donc possible. Encore faut-il savoir comment s’y prendre.

1. Maîtriser son Smartphone

Les applications, mines d’or pour le marketing, accumulent des informations sur nos comportements et déplacements tout au long de la journée. Pour éviter d’être suivi à la trace, désactivez la géolocalisation par GPS dans les paramètres de réglages. Sur iPhone, ce service se situe dans « Réglages > Confidentialité > Service de localisation » ; sur BlackBerry, dans « Options > Terminal > Paramètres de localisation > Services de localisation » ; sur Android, dans « Paramètres > localisation ». Enfin, n’autorisez le partage de données (contacts, photos et vidéos) que lorsque vous en tirez une réelle utilité. Attention : désactiver la localisation peut empêcher l’accès à certains services.

2. Bloquer les cookies

Sur son site, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), ­délivre quelques astuces pour rendre
sa présence sur le Net plus discrète.
Sa première recommandation porte sur les « cookies », outils précieux de la publicité comportementale. En pistant nos recherches sur le Web, ces petits fichiers détectent et enregistrent nos centres ­d’intérêt pour permettre un meilleur ciblage des annonces publicitaires. Pour y échapper, plusieurs solutions : les refuser lorsqu’ils sont proposés à l’entrée des sites, les bloquer dans les paramètres de confidentialité de son navigateur, activer la navigation privée, ou encore effacer l’historique. Attention : bloquer les cookies peut empêcher l’accès à certains services.

3. Utiliser un serveur proxy

Un proxy est un serveur qui agit comme un intermédiaire entre le navigateur Web et Internet, cachant ainsi l’identité de l’utilisateur. Les proxys peuvent être configurés dans les paramètres de l’ordinateur et du téléphone. 

4. Utiliser un pseudonyme 

Éviter de rendre visible son nom sur les forums, les réseaux sociaux, et dans son adresse email. Nécessaire pour s’inscrire à des newsletters, faire des achats en ligne et accéder à toutes sortes de services, on communique cette adresse à tout bout de champ en oubliant qu’elle contient généralement des données personnelles importantes (nom, prénom, et parfois la société dans laquelle on travaille). 

5. Sécuriser et multiplier
les portes d’entrée

Plus un mot de passe est compliqué, plus les informations qu’il protège sont sécurisées. Une fois de plus, il est indispensable de soigner le mot de passe de sa boîte mail. Un hacker qui accède à une boîte mail peut alors réinitialiser les mots de passe de tous les comptes qui y sont reliés. C’est également la raison pour laquelle il est judicieux de les changer régulièrement. Pour plus de sécurité, certains services comme Dropbox, Google ou encore Facebook proposent d’activer la « fonctionnalité de validation en deux étapes ». À chaque nouvelle connexion, celle-ci impose d’entrer un code de sécurité envoyé sur son téléphone mobile.

6. Utiliser le réseau Tor

Ce logiciel, téléchargeable sur Internet, permet de masquer son adresse IP. Son système de serveurs relais empêche le suivi des données de l’utilisateur. Conçu initialement pour protéger les communications du gouvernement américain, Tor est désormais utilisé par plus de deux millions d’internautes – mili­taires, journalistes et activistes princi­palement.

7. Utiliser les réseaux sociaux avec prudence

La première précaution à prendre est bien évidemment de rendre ses comptes privés. Attention aux paramètres par défaut qui rendent généralement visibles nos informations à quiconque se connecte sur notre page. Publier des photos de soi à la plage en se localisant n’indique pas seulement que l’on est en vacances, mais aussi que la maison est vide : une vraie aubaine pour les cambrioleurs et autres esprits malveillants. D’où l’importance de choisir avec précaution les amis avec qui l’on partage ses contenus en ligne et de créer des groupes à accès restreint. 

8. Effectuer un nettoyage régulier

Trier des centaines de followers sur Twitter (TwitBlock), nettoyer des années de publication sur Facebook (Privacyfix.com), repérer les sites Web et entreprises qui continuent de nous tracer après avoir utilisé leur service (Mypermissions.com)… De plus en plus d’outils gratuits sont disponibles pour reprendre le contrôle de sa vie en ligne. 

9. Engager une agence
de e-réputation 

Photos dérangeantes, vidéos ou messages compromettants… effacer certains ­contenus peut s’avérer être un vrai cauchemar. Afin de redorer son image sur la Toile, il est alors possible de faire appel à une agence spécialisée dans la « e-réputation ». 

10. Porter plainte

En dernier recours, il est possible d’adresser une plainte en ligne sur le site de la CNIL, qui intervient en sanctionnant ou signalant à la justice les cas de grave non-respect des libertés. En 2013, elle a enregistré 5 640 plaintes, selon son rapport annuel.

Malgré ces moyens d’effacer ses traces, rester parfaitement anonyme sur la Toile est impossible. La meilleure manière de protéger ses données personnelles reste donc d’y réfléchir à deux fois avant de les partager.

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Prolifération numériqueLoup Wolff