UTAH (États-Unis). On dit de lui qu’il est l’un des plus vieux organismes vivants de notre planète. Il est sans nul doute le plus massif jamais découvert. Partir à sa rencontre implique de prendre la route depuis Salt Lake City, dans l’Ouest américain. Rouler quelque 250 kilomètres vers le sud, en direction des parcs nationaux, et se laisser surprendre par l’altitude, aux abords de la forêt de Fishlake. C’est ici, tout près d’un lac, que vit une immense colonie de peupliers faux-trembles baptisée « Pando ». Si son histoire et la manière dont elle a réussi à traverser le temps restent relativement mystérieuses aux yeux des scientifiques, son futur semble bien plus certain : Pando se meurt, et il sera bientôt trop tard pour le sauver.

Repéré en 1969 par l’écologiste Burton V. Barnes, Pando – du latin pandere, qui signifie « s’étendre » – est issu d’une seule et minuscule graine mâle. Elle se serait développée à la fin de la dernière glaciation, il y a environ 14 000 ans. Selon d’autres estimations, moins probables, son apparition pourrait remonter à 80 000, voire 800 000 ans. Contrairement à une forêt classique, les 47 000 peupliers faux-trembles qui peuplent sa colonie partagent les mêmes racines et le même ADN. Chacun d’entre eux est en réalité un rejet, c’est-à-dire une nouvelle pousse issue des racines les moins profondes. Lorsque les plus vieux meurent, les jeunes prennent le relais, assurant la régénération de l’organisme comme les cellules d’un corps humain. Ils sont des clones : leurs feuilles présentent la même dentelure, leurs branches tendent vers la lumière dans un même élan et leurs bourgeons éclosent en même temps. Ils diffèrent quelque peu de leurs congénères implantés en Europe

Vous avez aimé ? Partagez-le !