Vincent Bolloré contrôle aujourd’hui des médias aussi variés que Canal+, CNews, Europe 1, plusieurs magazines… Cette concentration médiatique dans les mains d’un seul homme est-elle inédite ?

Non, dans les années 1980, le groupe de Robert Hersant possédait 40 % de la diffusion totale des quotidiens français. Hersant a même essayé de se lancer dans la télévision, en partenariat avec Silvio Berlusconi, avec la chaîne La Cinq, qui a été un fiasco ! Par ailleurs, Hersant ne cachait pas ses intentions politiques : en 1978, il n’avait pas hésité à convoquer les journalistes politiques du Figaro pour les faire rencontrer les candidats de l’UDF et du RPR en disant à ces derniers : « Nous allons vous aider pour votre campagne, demandez-leur ce que vous voulez, ils le feront ! » Cette concentration n’est donc pas totalement nouvelle. Mais tous les actionnaires n’ont pas la même conception de leur rôle. À certains égards, des milliardaires comme Martin Bouygues ou Patrick Drahi se montrent plus respectueux de l’indépendance éditoriale de leurs médias.

Serait-il possible de faire sans ces grands capitaines d’industrie ?

Non, à partir du moment où la télé a commencé à être privatisée en 1986, il n’était pas possible de faire sans les investissements de très riches actionnaires. La plupart des chaînes sont largement déficitaires, ce n’est pas le meilleur moyen de gagner de l’argent directement. En général, ces investissements traduisent la volonté de ces milliardaires de peser sur la société, à travers la hiérarchie de l’information notamment, et donc l’appréhension de l’actualité par le public. Mais ils le font parfois avec la volonté d’appliquer des méthodes de management du type de celles qu’ils mettraient en œuvre dans n’importe quelle entreprise, sans prendre en compte les spécificités du journalisme, et notamment les questions d’éthique ou de liberté d’expression.

C’est le cas pour Vincent Bolloré ?

Dans son cas, on assiste à un investissement inédit de la part d’un actionnaire dans la conduite de ses médias, à la fois à travers la défense de ses propres valeurs, traditionnell

Vous avez aimé ? Partagez-le !