À chaque fois que je fais un long-métrage, derrière il y a un confinement… C’est une boucle étrange qui s’est mise en place et qui j’espère va s’arrêter un jour !

La première fois j’étais le seul concerné, ça s’est traduit par onze semaines en chambre stérile et une greffe de moelle osseuse. Je suis entré à l’hôpital le jour de la sortie en salles de La Mécanique du cœur. Pendant ce confinement médical, j’ai écrit Un vampire en pyjama et, le jour de mon opération, j’ai noté le nom de code de celle que j’appelle ma mère biologique (j’ai reçu une greffe de sang de cordon d’une femme qui a accouché en 1999 à Düsseldorf). La vie et des hasards de dingue m’ont permis de retrouver cette femme. En Allemagne, on peut organiser une rencontre après deux ans et un consentement mutuel. C’est ainsi que l’an dernier, je suis parti à vélo électrique de Paris jusqu’à Düsseldorf. 580 kilomètres de voyage initiatique, c’était pour moi une question de légitimité, une façon de

Vous avez aimé ? Partagez-le !