s’abonner

UNE GRAVE MENACE SUR L’INDÉPENDANCE DU 1

Chère lectrice, cher lecteur, 


Notre hebdomadaire fêtera en avril prochain ses quatre ans d’existence. Grâce à votre fidélité, le 1 a pu imposer son originalité en offrant chaque semaine des regards inspirants et singuliers sur notre époque. À l’approche du numéro 200, vous êtes près de 35 000 à nous déplier chaque semaine, dont près de 20 000 abonnés. C’est pour nous une fierté et elle se double d’une immense gratitude à votre égard. Notre avenir comme notre raison d’être, c’est vous. 

Fin 2017, la messagerie Presstalis, quasi-monopole de diffusion de la presse écrite en France, a prélevé d’autorité 25 % de nos recettes de décembre, puis de janvier 2018. Arguant d’un risque de faillite imminente, cet organisme a depuis décidé unilatéralement de retenir chaque mois 2,25 % de notre chiffre d’affaires jusqu’en 2023. Cette décision peut nous tuer. Comme vous le savez, nous n’acceptons pas la publicité dans nos pages, ni la présence d’actionnaires puissants dans notre capital.

Notre indépendance est à ce prix. Nous la défendons farouchement. Elle est le gage que nous continuerons de vous offrir un journal de lecteurs, conçu exclusivement pour ses lecteurs, en toute liberté, loin des écueils de la désinformation ou de la complaisance. Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour solliciter votre attachement à notre hebdomadaire. Il suffirait que chacune, que chacun d’entre vous, puisse convaincre une personne de son entourage, dans sa famille, parmi ses amis et ses proches, de souscrire un abonnement au 1 – y compris à travers une offre étudiante - pour nous protéger des décisions arbitraires qui nous menacent. 

Je compare souvent le 1 à une ville sur pilotis. Plus les lecteurs-pilotis seront nombreux et solides, plus notre journal sera durable. Je vous invite ardemment à venir conforter ce projet que nous portons ensemble, celui d’une démarche exigeante et singulière, dans un esprit mousquetaire cher au grand Alexandre Dumas : 1 pour tous, et tous pour (le) 1 !


Avec mes remerciements pour votre précieux soutien.


Éric Fottorino

Pour abonner un proche cliquez ici :


 

 

 

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE