La république de mon adolescence

Mahir Guven revient ici sur son enfance et son adolescence sportives à Nantes.

Moi enfant, je me rappelle ma mère disant du foot qu’il rendait bête. C’était après l’été quatre-vingt-quatorze, celui où mes idoles brésiliennes remportèrent la Coupe du monde avec une vista que seule la favela enseigne. Avec les autres gamins, on tapait dans la balle en imitant les Brésiliens. Même les p’tits rebeus célébraient leurs buts en se signant à la manière du pape du foot Romário. Mon paradis d’enfance, c’était le terrain et ma religion, le foot.

Un samedi de rentrée scolaire, ma mère m’emmena à la halle aux associations sportives. Elle accepta de m’inscrire au « basket-ball » car ça m’aiderait à grandir. Le mercredi suivant, j’étais le petit nouveau du gymnase. Mon premier copain, Brieuc, brisa la glace et m’apprit à pivoter sur un pied. Accessoirement, il m’apprit aussi qu’on pouvait être breton. Ils étaient neuf gamins et l’ambiance était celle des sept nains, chahuteurs et complices. Blanche-Neige s’appelait Michelle, un peu stricte mais sympa. C’est ce qu’il fallait pour gérer dix gamins espiègles et leurs vingt parents passionnés.

[…]
Haut de page
LA RÉDACTION DU 1 VOUS OFFRE SON PROCHAIN NUMÉRO
INSCRIVEZ-VOUS EN 1 CLIC
  • Mercredi prochain, vous recevrez le nouveau numéro dans votre boîte aux lettres
  • Accédez immédiatement à tous les contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Sans aucun engagement
Convaincu ? ABONNEZ-VOUS
  • À partir de 5 € / mois

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le sport : école de vie
Cet article est tiré du numéro Le sport : école de vie
Faites-vous votre avis !
LA RÉDACTION DU 1 VOUS OFFRE SON PROCHAIN NUMÉRO
  • Mercredi prochain, vous recevrez le nouveau numéro dans votre boîte aux lettres
  • Accédez immédiatement à tous les contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Sans aucun engagement
  • À partir de 5 € / mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE